RSS
RSS
Bienvenue !

 :: Pour commencer  :: THE INTRODUCTION PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

i ruin everything i get my bony hands on ▬ pyotr Ilyich Tchaikovsky

Pyotr Ilyich TchaikovskyThe grave is my joy
avatar
Double Compte : -
Date d'inscription : 12/07/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 0:03


 
Origines
   
Groupe : Compositeurs

Date de mort : 6 novembre 1893

Date d'arrivée : Hier

Métier : Moins que rien (chômdu)

Avatar : OC - Re°
     



Caractère / Physique
   
Tu ressembles à ta musique. Ou peut-être est-ce l'inverse ? Peut-être n'est-elle rien d'autre que le reflet de ton âme. D'une âme fragile, torturée, éreintée, étouffée, encore assez jeune et pourtant déjà comme fatiguée d'avoir trop vécue. Tu as peint sur ce visage émacié cette expression dégoulinante d'abandon et à la fois d'acceptation. Tu demeures le spectateur silencieux et passif de ta propre vie dans ce corps malingre duquel tu avais voulu tant t'échapper et dans lequel tu résides à nouveau, à contre cœur. À quoi bon vivre quand on a perdu le goût délicieux des petites choses de la vie ? Quand on ne peut même plus supporter le rire cristallin d'un enfant qui lézarde les murs ? Quand on ne peut même plus contempler l'espoir de connaître ce que l'on appelle bonheur ici-bas ? Quand au lieu de ressentir tout cela on ne sent plus rien que des aiguilles de glace perforer son cœur, ses poumons, son estomac ? Quand ne réside plus rien qu'à l'intérieur de sa propre carcasse qu'une douleur lancinante ? Tu n'es qu'un cœur écorché, sanguinolent. Qu'un cœur frappant à tout rompre dans ta cage thoracique. Peut-être est-il trop gros pour que puisse le supporter ton corps ? Ce corps fourbu que tu traînes et qui te pèse comme s'il était affligé des pires souffrances terrestres. Il arrive à tes mains osseuses de chasser quelques mèches de tes cheveux d'un blond glacial d'hiver russe. On y découvrir un visage à la hauteur d'une personnalité aussi morne. De tristes yeux bleus d'orage surplombés de longs cils blonds, une fine bouche pincée et aussi droite que l'horizon, douloureuse manifestation du chaos régnant en ton sein.

En l'amour, tu n'y crois plus sans pour autant en avoir été déçu. Tu ne nourris aucune rancune à l'amour bien qu'il t'ait été fatal. Le problème ne réside qu'en toi. Le mal ne prend son origine qu'en toi. Tu t'accables du poids de la culpabilité et te laisse écraser par la puissante déferlante de la douleur que tu t'infliges. Tout cloche en toi, rien chez les autres. Fausse note, tu as le sentiment de rompre à toi seul l'harmonie cosmique de par ta simple existence. Rebut, déchet, immondice incapable d'aimer une femme et prêt à s'ôter la vie pour ne pas souffrir d'une vie à leurs côtés. Que tu es faible, comme tu es risible. Comme tu es laid, toi et tes cheveux blonds pâle désordonnés tombant en cascade sur ton visage creux. Tes doigts qui parcouraient jadis le papier ou les touches d'un piano maintenant glisse sur ta peau rêche à la teinte cadavérique. Ils épousent chaque os, chaque bosse et écorchent la moindre imperfection quitte à laisser sur leur passage fleurir une constellation de ridicules cicatrices rosées. Tu ne ressembles à rien et ne cherche à ne ressembler à rien. Et puis si tu pouvais, tu te donnerais à bouffer au néant. Ta carcasse, ton mal-être et toi.

Bienheureux les simples d'esprits, t'a-t-on dit. Ton génie te tient lui à l'écart de quelque insouciance que ce soit. Tu portes à la cheville le boulet de ce que tu qualifies de pêchés et qui te traîne à la tombe. Mais aujourd'hui plus qu'hier, tu ne te soucies plus des autres, de leurs pensées et de leurs gestes. Leur malheur te glisse sur la peau, tout comme leur bonheur. Qu'ils aillent tous au diable. Toi, tu sais que tu y as déjà ta place. Il ne te restera plus qu'à tendre la main pour les y accueillir une fois l'heure venue. Tu leur souriras enfin, toi qui a oublié comment arquer ta bouche en ce rictus.

Malgré tout à cet instant, tout t'est égal, tout t'indiffère. Tu n'as le goût de rien, si ce n'est d'en finir. Tout au long de ta vie passée, tu n'as demandé que si peu de choses, si ce n'est rien. Alors, naïvement tu songeas qu'il était temps d'enfin faire quelque chose pour toi. Mais même le droit de mourir ne te fût pas accordé. Que te reste-t-il alors ?


Histoire
   
Dans tes oreilles résonnent la houle lointaine de la mer. L'espace d'un instant, tout le poids de ta souffrance d'antan sembla t'avoir quittée. Tu es en paix. Échoué et faible sur le rivage, tes yeux demeurent clos et ne voient qu'au travers de tes paupières le voile orangé de la lumière solaire à son zénith. Les vagues te bercent, venant malicieusement s'immiscer entre tes doigts enfoncés dans le sable granuleux et frais de la marée. Tu inspires lentement, goulument, l'iode dans l'air et l'odeur du filet d'eau salée séchant sur ton visage. L'espace d'un instant tu as presque oublié.

Ce qui te revient d'abord, c'est le froid. Le froid, c'est mordant, pas comme la chaleur qui t'embrasse tout entier. Tu te souviens du froid russe, de ta mère et de son visage dénué de toute expression maternelle qui t'enveloppe rigoureusement à l'intérieur d'un manteau duveteux et réconfortant. Cette femme à laquelle tu vouais et voue encore une fascination déconcertante. Elle et son malheur, son austère gentillesse et son incapacité à te couvrir de tendresse. L'amour inconditionnel que tu lui portes te fait monter les larmes aux yeux. Elles gondolent pour finir par ruisseler le long de tes tempes déjà humides.

Vint ensuite la pression des mains des jumeaux dans tes mains et de ta sœur plus loin. Des regards mutins d'Alexandra, d'Anatole et Modeste, si frais d'enfants. Des mélodies bancales que vous produisiez au piano, tour à tour. De la chanson qu'Alexandra et toi aviez composé à l'occasion d'un voyage de ta mère. Notre mère à Saint-Pétersbourg, rien de plus clair, rien de plus banal qu'un titre comme celui-ci. C'est pénible, mais tu soulèves ton bras lentement pour venir essuyer les perles salines de tes yeux.

Ah, heureusement que tu ne l'as pas oublié, la chaleur des bras de Fanny, ta gouvernante. Elle est semblable à ce gros soleil là, juste au-dessus de toi. Comme il était bon que de reposer sur ses cuisses, la tête nichée contre son sein tandis qu'elle perdait sa douce main dans tes fins cheveux. Mais par-dessus tout, ce que tu aimais c'était sentir les vibrations contre ton oreille lorsqu'elle fredonnait une mélodie pour t'endormir. Elle te savait déjà si fragile Fanny, qu'à ses yeux tu étais un enfant de verre. Tu cueilles ton visage entre tes mains et le masse patiemment. Tes sens te reviennent.

Retour de flamme, tu es frappé par les durs souvenirs qui suivent. La séparation forcée de ta mère lorsque l'on te place dans un pensionnat. On eût dit que l'on t'avait par la même occasion subtilisé ton cœur. Puis cette terrible épidémie de scarlatine qui subvint quelques années plus tard alors que tu étais placé sous la tutelle de Nikolaï, un oncle de la famille. Ce dernier, suivant les mesures de quarantaines dispensées par l'école, te ramena dans son foyer apitoyé par ta terrible mine. Malheureusement, cette maladie se répandit et contamina le fils de Nikolaï à peine âgé de cinq ans et qui en décéda tristement. Dès lors, tu t'affublas du sobriquet d'assassin et griffonna à maintes reprises sur le papier que ton destin tragique rattrapera le monstre que tu es. Tu te souviens de tes larmes déformant le papier à mesure que tu écris et de la douleur dans ta main gauche à force de gratter le papier. Tu t'assois finalement sur la plage et ouvre les yeux. La luminosité t'aveugle un moment pour te laisser enfin entrevoir ton environnement.

Aussi triste que ce fût, le soleil chaque matin continua à se lever et tu as grandi. Tu embrasses peu à peu une carrière musicale avant que ta très chère mère ne soit emportée par le choléra. Tu écrivais toujours à Fanny, mais il te fallut deux ans avant de ne pouvoir évoquer cette perte avec elle. Tu lui confias qu'elle, plus que quiconque t'avait toujours encouragé, ta musique et toi. C'est donc tout naturellement que tu te tournas vers celle-ci afin d'apaiser tes maux. Tu te relèves difficilement et manque de chuter en faisant un premier pas. Tu te donnes l'impulsion nécessaire et ne chutes pas.

Maintenant, ce sont des sentiments doux-amers qui t'habitent. Tes premiers amours. Alexeï et Vladimir. Rien ne se passe réellement entre vous, tout demeure platonique. Et cela t'a suffi. Tu es reconnaissant d'avoir pu au moins demeurer auprès d'eux en tant qu'un simple, mais fidèle ami. Ton regard se perd à l'horizon et tu ne parviens même plus à distinguer où s'arrête la mer et où débute le ciel. Un long soupire s'échoue sur tes lèvres sèches que tu humectes méticuleusement.

Comment avais-tu réussir à obtenir ton diplôme de droit, déjà ? Cela n'avait jamais réellement importé, n'est-ce pas ? Tu te considères mauvais fonctionnaire, mais rationnellement et même si l'envie d'écrire ta musique te tue, tu préfères patienter le temps de savoir s'il t'est réellement possible d'emprunter cette destinée musicale qui s'offre à toi au Conservatoire de Saint-Pétersbourg. Ce n'est qu'après tout cela que tu démissionnes et te consacre à la musique, étudiant désormais l'harmonie, le contrepoint, la fugue, la composition et l'instrumentalisation. Il est aisé de croire que l'aboutissement d'un désir aussi primaire et viscéral que celui-ci allait te transcender d'un bonheur incommensurable et pourtant, ce fût tout l'inverse. Ta première symphonie manqua de te faire frôler la dépression nerveuse. Tu aurais déjà dû savoir que tu n'étais rien qu'un éternel insatisfait. Tu tournes les talons et traînes des pieds dans le sable chaud. Il te brûle terriblement, mais tu n'en as que faire.

Et alors, ensuite ? Une relation épistolaire avec la très intéressée Nadejda von Meck, un mariage catastrophique qui ne tint à peine quelques mois et duquel tu tentas de t'échapper en te donnant la mort. L'échec de ton ballet du Lac des cygnes, ton admiration pour la Symphonie espagnole de Lalo, ta renommée grandissante en Russie, ton second ballet triomphant de la Belle au bois dormant… Et tant d'autres. Mais cela n'a jamais suffi à te rendre heureux n'est-ce pas ? Tu continues ton chemin en laissant de longues traces dans le sable. Tu ne sais pas où t'emmènent tes pas et puis merde, après tout.

Puis la fin. Tu te souviens du goût de l’arsenic que tu avais sciemment avalé pour en finir. Pour en finir de la douleur de vivre une vie impossible à maîtriser, imparfaite, insatisfaisante, exténuante et ô combien douloureuse. Il avait fallu que l’on t’empêche à nouveau de vivre, que l’on te retire le peu d’oxygène permettant de gonfler tes poumons. Il fallait que l’on t’empêche d’aimer encore un homme. Alors mieux valait ne plus rien ressentir et ce à jamais.

Maladroitement, tu jettes les mèches de cheveux tombant devant tes yeux à l’arrière de ton crâne et poursuis ta route. Pourquoi avait-on dû t’infliger une nouvelle vie de souffrance ? Tu n’es même pas sûr de vouloir connaître la réponse.

Tu voudrais te sentir comme tu te sens lorsque tu dors.


 
Et toi, dans tout ça ?
Âge : 21 ans !

Comment tu as trouvé le forum ? LE FORUM M'A TROUVÉ EN FAIT, NO JOKES.

Un petit commentaire ? aled. j'arrive même pas à prononcer son nom entier. jpp. halp me du russe. Sinon, coucou Jaaawn. ( ͡° ͜ʖ ͡°) Et surtout désolée pour tout ça, j'ai un mal fou à écrire des fiches en ce moment et c'est dé-guo-lasse, avec la fin bien bâclée qu'on aime parce qu'on a la flemme d'écrire lel. enjoie. Bisous sur vos têtes. ♥


Revenir en haut Aller en bas
John H. WatsonDoctor with a shotgun
avatar
Double Compte : Barbe Bleue ♚ Myrddin ♚ Émile Zola
Date d'inscription : 18/05/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 0:06
COUCOU TOI ( ͡° ͜ʖ ͡°)
WELCOME HERE BABY TU VAS VOIR ON EST UN PEU FOU MAIS CA VA ALLER :whut:
En plus fiche complète omfg non mais toi tu sais comment parler au staff vilaine :huhu:

ET ON VA T'APPELER PIOUPIOU ça sera plus simple à prononcer :whut: :tuhw:


« don't worry about me »
(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
NarcisseWithered flower
avatar
Double Compte : //
Date d'inscription : 31/05/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 0:54
TCHAÏKOVSKI JPP JE MEURS

Blblbl la russophile en moi est trop contente de voir ça

Et omg t'écris tellement bien et son caractère et son histoire je?? Trop d'émotions bref je???

Puis surtout bienvenuuuue ♥︎

pour les intéressés les surnoms russes associés au prénom Pyotr sont Petya et Petrusha /PAN/ Mais j'aime mieux Piou piou :huhu:
Revenir en haut Aller en bas
Sherlock HolmesSherlock aux fraises
avatar
Double Compte : Aucun
Date d'inscription : 01/06/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 4:27
Bonté divine.
J'ai tellement de choses à dire que je sais que je vais me perdre dans mes dires. Excuses-moi déjà je suis à la bourre. Tout d'abord BIENVENUE PARMI NOUUUUS TRÈS CHER !! :hey: :loveu: :wazaa:
Je suis en emoi en tant que très grande fan de Tchaikovsky, je suis ravie de le voir ici vraiment tu me rend toute joie. Je dois te dire que ta plume est vraiment somptueuse autant dans le fond que dans la forme posée et les mots choisis, on ressent ce mal qui le hante et devant lequel il se sent impuissant. Il a essayé pourtant, mais restera-t-il éternellement souffrant et insatisfait ? J'ai hâte de voir ça ! J'aime beaucoup l'aspect que les auteurs - et compositeurs surtout - mettent en avant de leurs œuvres qui sont mélodieuses mais pourtant, eux la détestent et tu le précises dans ton histoire. C'est vachement sympa.

Alors voilà Tchai' est un personnage dont je vais adorer suivre le développement, tant de choses possibles dans le fond !

Et tu viens déjà avec une fiche toute faite ? Viens là qu'on te câline IWNDIDNDKD *feels*  

Au plaisir de te revoir en rp et/ou sur la CB ❤️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Double Compte : /
Date d'inscription : 29/06/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 7:13
OMg Tchaikovsky! *n'aurait jamais su l'orthographier sans le titre au-dessus de l'ancadré...*
On va t’appeler pioupiou ouais c'est beaucoup plus simple xD

Bienvenue à toi! Un nouveau compositeur en plus, tu nous tombes du ciel! Hâte que tu sois validé <3 :zen3:
Revenir en haut Aller en bas
Uncas le dernier MohicanThe last of us...
avatar
Double Compte : /
Date d'inscription : 23/06/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 7:22
Que c'est beau. *p*

Bienvenue ici, Visage-Pâle au prénom imprononçable. o/ J'aime beaucoup ta façon d'écrire, j'ai hâte de pouvoir en lire un peu plus. :)

En tout cas tu mérites sûrement un câlin avec toute la souffrance qui coule de ton histoire. ;;



FicheRpsRelations
Revenir en haut Aller en bas
Pyotr Ilyich TchaikovskyThe grave is my joy
avatar
Double Compte : -
Date d'inscription : 12/07/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 11:25
Hanwww que d'amour, je suis jouasse. ♥ Merci tout le monde pour vos jolis compliments et ravie de voir que c'est pas too much. ;; J'ai dû mal avec le pathos et j'ai plus l'habitude de partir dans le comique débile, j'avais peur d'être allée trop loin lel.

Jawn > Ça tombe bien qu'un brin de folie m'habite aussi, roflmao. :heinhein: Des bisous p'tit Jawn ! ♥

Narcisse > RUSSIE 4EVAR D8< ! Petrusha, je dies. /PAN Aussi viril que Pioupiou dis donc. En tout cas merci, tu es tout doux. ♥

Sherlock > Je dois être aussi fan de Sherlock que toi de Tchaikovsky, du coup ça me fait énormément beaucoup plaisir ce petit message. eiogjrepogkttr ♥ J'ai pas totalement décidé de la route qu'il va emprunter et de l'évolution qu'il aura, mais ça promet d'être drôle. J'espère te trouver sur le chemin. ~

Eros > CA MANQUE DE VEEEEEEERT TUDIEU. *se sent solo :c* Merci en tout cas, tu es cute ! ♥

Uncas > *câlinours* J'accepte toute affection sous quelque forme qu'elle soit. Surtout venant de quelqu'un qui me fait de si jolis compliments. ( ͡° ͜ʖ ͡°) ♥ Merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Charles BaudelaireThe last flower
avatar
Double Compte : /
Date d'inscription : 03/07/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 11:54
Oh je connaissais pas du tout cette figure là mais c'est une bonne découverte **
Ta fiche est vraiment jolie AHHH ♡ puis même cet avatar là il est tout doux, tout est soft dans ta fiche c'est pas possible fuhfuhfuh
Ton style d'écriture est vraiment joli olala, tu m'as fait aimer l'espace d'un moment les écris en Tu :huhu:

Bienvenue parmi nous en tout cas ! J'espère un jour pouvoir rp avec ton cinnamonroll tout tristounet ! *v*


B A U D E L A I R E —  #7A6D33
❝ I will be able to write how my soul has corrupted itself, but I prefer to forget it. Sins are as sweet as chocolate. And this chocolate in particular is addictive. Do not fell for him❞

(c)maddie sur epicode.

 
Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang Amadeus MozartPipelette Musicale
avatar
Double Compte : Le Chat Noir
Date d'inscription : 18/05/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 14:41

Et c'est la validation !

Bienvenue ami compositeur !
TU ME PROVOQUE SUR LES PRENOMS A RALLONGE CEST CA ? :whut: SACHE QUE JE GAGNE OK ?! *tousse* Je veux dire, bienvenu parmi nous ! J'adore ta fiche et je pense que tu t'entendrais bien avec Baudelaire et Chat Noir, histoire de monter le groupe de dépressif anonyme vous seriez fabuleux ! :whut: J'aime ton inclinaison sur le côté vraiment mélancolique de ton personnage et j'aime ton style d'écriture, l'histoire est bien relaté, pas de trop pas de pas assez, des détails -J'adore les détails-
qui font plaisir tout en gardant une ligne de récit assez droite, c'est beau, c'est bien, c'est triste. J'espère que pioupiou le chaton trouvera enfin le bonheur à Insomnia et ne sera jamais plus seul dans son esprit ♥ Mozart sera ravis de l'aider à égailler ses journées :huhu: Quoiqu'il en soit ! Je te valide, bienvenue à nouveau et amuse toi bien sur Insomnia !

Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.

Pour recenser ton avatar, c'est par ici ♥. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à CET ENDROIT. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier PAR ICI ! Et pour finir, venez recenser d'où vient votre personnage ICI ♥ !


fading
Who can bring me back to life? I can see the way that this could go Oh, haven't show your face I heard you're somewhere here with us I don't know who to believe But I've been hoping Music is the answer to your problems keep on moving then you can solve them.

Revenir en haut Aller en bas
Baba YagaWhite witch
avatar
Double Compte : Little Red ~
Date d'inscription : 19/05/2017


Voir le profil de l'utilisateur
Voir le profil de l'utilisateur




Jeu 13 Juil - 14:47
BIENVENUE :whut:
JE SUIS EN RETARD MY BAD.
je connais vaguement ce compo -à vrai dire je suis la plus inculte ici, c'est un miracle déjà que je connaisse le nom //meurs- mais en tout cas, j'aime ta plume, elle est belle.
& VOILA QUOI.
-et ton avatar est beau !-


h u r t f e e l i n g;
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I N S O M N I A  :: Pour commencer  :: THE INTRODUCTION PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES-
Sauter vers: